Les boissons alcoolisées

Les origines

L'alcool éthylique ou éthanol est presque toujours produit par la fermentation alcoolique des sucres (glucose et fructose). Contenues dans les fruits, les grains ou les racines, les matières premières de l'alcool peuvent être de sources très différentes :
- La feuille d'agave pour la téquila
- un alcool neutre aromatisé à l'anis ou au cassis pour l'ouzo ou la crème de cassis
- la canne à sucre pour le rhum
- l'orge et le seigle pour le whisky et la bière
- le miel pour l'hydromel
- la cerise pour le kirsch
- la pomme pour le calvados
...

Les valeurs nutritionnelles

Le degré d'alcool varie de 1% (certains cidres) à 70% (les élixirs) et, pour cette raison, le volume de remplissage des verres doit être très différent.
La teneur en glucides (sucres) est très variable : zéro dans le vin rouge et les alcools forts, négligeable dans la bière blonde mais plus importante dans la brune, très importante dans certaines liqueurs.
En France, dans les débits de boissons les verres contiennent environ 10g d'alcool. Sachant qu'1g d'alcool apporte 7kcal, voici une idée des quantités de sucre et calories ingérées pour 1verre moyen d'alcool :

25cl de bière : 4 à 10g de sucre et 100 à 130kcal

12,5cl de vin rouge : zéro sucre et 100kcal

10cl de champagne : 1g de sucre et 85kcal

3cl de whisky : zéro sucre et 75kcal

7cl de muscat : 10g de sucre et 120kcal

3cl d'anisette : 7g de sucre et 100 à 150kcal

25cl de cidre : 5 à 7g de sucre et 80 à 100kcal

L'alcoolémie

Chacun de ces verres fait augmenter l'alcoolémie (taux d'alcool dans le sang) de 0,20 à 0,25g.
Toute consommation régulière, même modérée, augmente la tolérance du produit et peut conduire, chez les personnes susceptibles de développer une dépendance, à des problèmes d'addiction.

Après l'absorption d'une boisson alcoolisée, l'alcoolémie atteint son maximum en une 1/2h lorsque l'on boit à jeun, ou 3/4h à 1h si elle prise au cours d'un repas. Le temps d'élimination est fonction de la quantité d'alcool ingérée. Il est de 4 à 5 heures environ pour une alcoolémie de 0,6 g/l, soit une élimination à raison de 0,15 g/l par heure. Celle-ci est sujette à de fortes variations individuelles.

Attention, ni le froid, ni l'effort physique ni le café ne mène à une baisse du taux d'alcool dans le sang. Le travailleur manuel n'élimine pas plus vite l'alcool que le travailleur de bureau. Si la boisson alcoolisée est prise au cours du repas, l'alcoolémie est freinée - les aliments gras ou sucrés retardant la montée de l'alcoolémie - mais ils ne la diminuent pas !
Un récent rapport d'expert remis le 04/05/2017 indique que la consommation d'alcool ne doit pas excéder 10 verres par semaine avec 2 jours de relâche et doit être proscrite pour les femme enceintes, les jeunes et adolescents.

Qu'en conclure

Lorsqu'on est bien portant, la consommation d'alcool, si elle reste limitée au maximum à 3 verres (apportant 10g d'alcool) chez l'homme et 2 verres chez la femme / jour ne pose pas de problème. Une abstinence 1 à 2 jour par semaine est recommandée ; en revanche, une consommation excessive 1 soir dans la semaine ne l'est pas !
Du point de vue diététique, l'alcool n'apporte que des calories "vides", ni vitamines, ni minéraux ni nutriments intéressants et les doses sont souvent plus généreuses à domicile que dans les bars...

...il est donc souhaitable d'en consommer modérément pour le plaisir et non par habitude.

Adeline Loucmidis
diététicienne - Nandy - 77